La Chine et le Ghana vont tourner la première coproduction sur l’épidémie d’Ebola

更多精采内容请下载官方APP: 苹果(iPhone)

Zhang Penghui, journaliste au Quotidien du Peuple

A la veille de l’ouverture du Sommet de Beijing du Forum sur la coopération sino-africaine, la Chine et le Ghana ont signé à Beijing un contrat portant sur un film intitulé « Ebola », qui sera aussi le premier long métrage en coproduction entre la Chine et l’Afrique. Le film est basé sur une histoire touchante de la lutte des équipes médicales chinoises contre l’épidémie d’Ebola dans les pays de l’Afrique de lOuest aux côtés des Africains en 2014. Selon l’ambassadeur du Ghana en Chine, Edward Boateng, la coopération africaine dans les domaines de la santé publique et des échanges entre peuples ont donné des résultats fructueux. « Ebola » est le premier film de coproduction sino-ghanéen, et à ce titre il revêt une importance particulière.

C’est au début de 2014 qu’une épidémie d’Ebola a éclaté dans des pays de l’ouest-africain tels que la Guinée, la Sierra Leone et le Libéria. Dans cette région, plus de 20 000 personnes ont été infectées par le virus et le taux de mortalité a dépassé 60%. Plusieurs compagnies aériennes ont alors même suspendu ou annulé des vols à destination et en provenance de la Sierra Leone et du Libéria.

Au moment le plus dévastateur de l’épidémie d’Ebola, les travailleurs médicaux chinois sont devenus « les plus beaux des rétrogrades ». Le gouvernement chinois a alors lancé l’action humanitaire la plus vaste depuis la fondation de la Chine nouvelle et a rapidement envoyé plus de 1 200 travailleurs médicaux pour aider la région de l’ouest-africain à lutter contre l’épidémie d’Ebola et à enrayer sa propagation. La Chine a également fourni quatre séries successives d’assistance d’une valeur de plus de 120 millions de dollars à 13 pays des zones touchées et des régions avoisinantes.

Certains membres des équipes médicales chinoises qui se sont précipités pour aider l’Afrique ont également développé des symptômes de fièvre. Ils ont également dû faire face à des virus hautement contagieux et au temps chaud qui règne en Afrique de l’Ouest. Song Caiping, membre de l’équipe d’assistance médicale au Libéria de l’Armée populaire de Libération chinoise, le sait mieux que quiconque. « Dès l’entrée dans la salle de soins, il fallait au moins 40 minutes pour mettre un ensemble complet d’équipement de protection, et il fallait pas moins de 41 étapes pour le mettre et le retirer. Le temps était chaud et, avec un équipement de protection épais, leurs masques médicaux étaient rapidement trempés par leur souffle humide », a-t-il rappelé.

Malgré toutes ces difficultés, le dur labeur des médecins chinois a donné des résultats. Au Libéria, de nombreuses personnes infectées par le virus Ebola sont sorties de la salle d’isolement et quand l’un d’eux, Robert, a appris qu’il allait récupérer, il a offert au personnel médical une danse joyeuse.

Dans un de ses articles, le site allAfrica.com a souligné que la Chine a toujours été à l’avant-garde de la lutte mondiale contre le virus Ebola. Face à une maladie impitoyable, les médecins chinois ont fait preuve de bienveillance. Quant aux pays africains, bien qu’attaqués par des virus, ils savent bien que leurs frères chinois se battent à leurs côtés. C’est une preuve incontestable de l’amitié entre la Chine et l’Afrique et du sens des responsabilités de la Chine.

Shen Jian, le producteur chinois du film « Ebola », a déclaré : « Les réalisateurs chinois et ghanéens ont interviewé des dizaines de membres chinois des équipes d’aide médicale en Afrique qui ont été témoins du virus Ebola et des personnes infectées qui ont été traitées avec succès. Le film devrait sortir en 2020, année du 20e anniversaire du Forum sur la coopération sino-africaine ».